Supraconstructions

Les systèmes d'implants actuels se composent d'une vis en titane qui s'enfonce fermement dans l'os de la mâchoire et d'un élément dit "pilier" qui est vissé fermement au corps de l'implant. Ces nouvelles dents ancrées sur les implants sont appelées suprastructures. L'objectif de cette restauration moderne est de remplacer complètement la fonction et l'esthétique des dents perdues. En raison des circonstances individuelles liées au patient, le type de restauration et les coûts peuvent varier considérablement. Une appréciation et une évaluation précises par des spécialistes sont essentielles. 

Explication du terme "suprastructure"

La supraconstruction (lat. supra "au-dessus") est un terme collectif en dentisterie qui désigne toutes les parties attachées à un implant comme prothèse dentaire. L'implant dentaire sert de racine dentaire artificielle et constitue la connexion permettant d'ancrer des couronnes artificielles, des bridges ou des prothèses implanto-portées.
Les travaux prothétiques avec couronnes et bridges comme suprastructure sont beaucoup plus confortables qu'une prothèse amovible et augmentent la confiance en soi du patient grâce à leur esthétique.

En implantologie, la suprastructure est insérée environ trois à six mois après l'implantation de la dent et sa guérison. La pièce de liaison entre l'implant et la suprastructure est le pilier de l'implant.

Domaines d'application

  • Pour la restauration d'une seule dent afin d'éviter le couronnement des dents adjacentes par un bridge.

  • Pour allonger des rangées de dents raccourcies.

  • Pour éviter les prothèses amovibles car il reste peu de dents. 

  • Pour donner une meilleure tenue à la prothèse.

  • En cas de mauvaises conditions anatomiques pour le support de prothèses conventionnelles, par exemple, après une résection tumorale.

  • Pour un soutien supplémentaire lorsque l'ancrage est insuffisant.

Les suprastructures les plus couramment utilisées sont:

Tout d'abord, une empreinte est prise avec un pilier de transfert spécial dans la bouche du patient. Grâce à cette empreinte, la position exacte de l'implant dans la mâchoire est enregistrée. Sur cette base, le prothésiste dentaire fabrique d'abord un pilier dentaire individuel. Celui-ci est ensuite fermement vissé à l'implant dans la bouche du patient. En règle générale, les piliers de ce type sont fabriqués en titane ou en dioxyde de zirconium. Ensuite, la couronne en céramique est fabriquée par-dessus. Celle-ci est ensuite cimentée ou vissée sur le pilier individualisé dans la bouche du patient, comme pour une dent naturelle. Dans de nombreux cas, la couronne céramisable est déjà en dioxyde de zirconium.

L'objectif est de concevoir une restauration qui soit aussi proche que possible de la dent naturelle en termes de fonction, de forme et d'esthétique.

Nous distinguons ici deux types:

Bridge supporté par des implants:
Le bridge implantaire est fabriqué de la même manière qu'une couronne implantaire. Cependant, les piliers de l'implant doivent être fabriqués de manière à être exactement parallèles l'un à l'autre afin que le bridge puisse être inséré avec précision et sans tension. 

Bridge sur implant et pilier naturel:
Une caractéristique particulière est le bridge entre la dent et l'implant. L'implant est fusionné de manière rigide à la mâchoire, tandis que la dent est reliée de manière élastique à l'os par ce que l'on appelle le parodonte. Des études montrent que ces différentes caractéristiques n'ont aucune importance dans une solution de bridge entre une dent et un implant. Toutefois, si plusieurs dents sont reliées à un implant ou si plusieurs implants sont reliés à une dent par un bridge, le ciment de fixation du bridge peut se détacher plus facilement en raison des différentes propriétés d'amortissement des piliers. Par conséquent, ces constructions ne doivent être utilisées que dans des cas exceptionnels.

Si, pour des raisons anatomiques, une restauration à l'aide de bridges sur implants n'est plus possible, les dents manquantes doivent être complétées par des prothèses dites partielles. Afin d'éviter que les dents piliers restantes ne soient surchargées par les forces de mastication qui s'exercent sur elles, il est parfois judicieux de placer des implants comme piliers supplémentaires à des endroits stratégiquement favorables de la mâchoire. 

La suprastructure utilisée dans ce cas est en partie vissée à l'implant tandis que l'autre partie est incorporée à la prothèse partielle (construction primaire et secondaire).

Il existe aujourd'hui de nombreux types de suprastructures différentes, mais la prothèse soutenue par une barre fraisée offre le plus grand confort de port. La langue n'est pas entravée dans sa fonction et le palais n’est pas recouvert (comme c'est le cas avec le châssis), de sorte que la perception sensorielle et gustative naturelle soit à nouveau possible. La mâchoire inférieure doit être restaurée avec au moins quatre implants et la mâchoire supérieure avec au moins six implants, afin d'éviter de surcharger l'implant individuel.

Fiabilité des processus pour les suprastructures grâce à une technologie CAD/CAM de pointe